Search

IL EST FACILE S'ENVOLER S'IL N'Y A PAS OÙ S'ACCROCHER


À toutes ces personnes-là qui vont dédier un peu de son temps pour lire cette lettre, une salutation cordiale et fraternelle. La joie de nous rconnaitre famille, cheminant avec les jeunes, rendant réalité le rêve de Claret : « Un Corps apostolique synodale pour l'évangélisation du monde », soit la clé qui prédispose le cœur à accueillir cet échange sur la réflexion du chapitre VI de l'exhortation Apostolique Post-synodale : « CHRISTUS VIVIT ».

Si pour préparer l’avenir il est nécessaire bien vivre le présent, duquel les jeunes constituent le aujourd’hui de Dieu, c’est aussi vrai que pour bâtir l’avenir il est nécessaire avoir de racines fortes nous aidant à nous maintenir en pied et enracinés sur le sol afin qu’à n’importe quel moment ou circonstance ne s’envole pas. Il s’agit d’un beau défi pour nous tous, qui accompagnons « le aujourd’hui de Dieu dans le quotidien.

Il existe deux points du texte dont j’aimerais souligner en guise d’apports afin de susciter et accompagner les processus uniques et libres chez la pastorale des jeunes et les vocations.

• Aimer l’histoire, la richesse spirituelle et humaine transmise d’une génération à une autre, ouvre la vie aux valeurs de l’Évangile et favorise la profondeur nécessaire pour accueillir la beauté de chaque chose, au travail, dans la famille, dans la fidélité à la vocation, dans chaque personne, au service, chez l’amitié, etc., en tant que base de la véritable solidarité sociale et de la culture de la rencontre. Aider à ce que les jeunes découvrent la vivante richesse du passé faisant mémoire et le profitant pour les propres choix et possibilités constitue un authentique acte d’amour à leur égard concernant leur croissance et des choix dont sont appelés à prendre. « Prendre en charge les racines, avec esprit critique garantie recevoir la force afin de grandir, fleurir et fructifier ».

• Vivre les relations inter-générationnelles en tant qu’un des cadres de référence afin de cimenter solidement une nouvelle société, nous permet cheminer tous ensemble, jeunes, pas si jeunes et ainés, apprenant les uns des autres, nous laissant inspirer par l’Évangile et contagionnant chaque geste avec une nouvelle espérance. De cette façon, les racines constituent un point d’enracinement permettant répondre aux défis du monde et de l’Église, annonçant la Bonne Nouvelle de Jésus n’importe où et à n’importe quel qu’il soit.

L’invitation à la rencontre – le profond échange s’alimentant et soutenant à travers les racines provoque, donc, une proposition créative où, comme l’affirme le pape François, les rêves des générations moins jeunes aident à voir les horizons des jeunes générations. Pourrait-elle celle-ci l’occasion pour nous questionner : Combien sont-elles profondes mes racines ?

Quelle valeur je donne aux relations inter-générationnelles ?

Suis-je un adulte qui pense toujours au sujet de comment les jeunes doivent-ils se comporter ou suis-je un adulte qui pense facilement que le passé n’importe plus ?

J’espère que la réponse à ces questions et d’autres surgissant du cœur de chacun puissent aider à apercevoir un nouveau rayon de lumière chez le processus d’accompagnement des jeunes, en tant qu’occasion nous ouvrant au discernement spirituel des situations et de l’action de l’Esprit, pour une Conversion Pastorale.

Une salutation à tous de Rome.

Lia Latela, RMI Préfet Générale d’Apostolat- Rome


1 view